Bienvenue sur le site officiel de la ville de Dangbo. Connaissez vous tout le potentiel naturel, culturel et communautaire de la Ville de Dangbo ?... Trouvez ici toutes les informations officielle sur cette ville.                 Dangbo fut nommée Ville Internationale de la Paix.                                               Bienvenue sur le site officiel de la ville de Dangbo. Connaissez vous tout le potentiel naturel, culturel et communautaire de la Ville de Dangbo ?... Trouvez ici toutes les informations officielle sur cette ville.     Dangbo fut nommée Ville Internationale de la Paix.

Historique de la Ville de Dangbo

Découvrez l'histoire de cette splendide ville du Bénin

Historique et peuplement

La commune de Dangbo n’était pas auparavant une entité homogène. L’historique de son peuplement ne peut que se baser sur celles des principaux groupes ethniques qui la composent actuellement.

En effet, l’hétérogénéité des peuples de Dangbo montre à bien des égards que chaque arrondissement a son histoire de peuplement qui lui est propre. Ainsi, les populations de Dekin seraient par exemple venues de Kpohia au Nigéria, de Vèdo dans la commune d’Abomey-Calavi et de Sô-Ava. Toutefois, toutes les informations recueillies s’accordent à reconnaître que les populations de Ké dont le roi s’appelait « Kéholou Agagnon » ont été les premières à s’installer. Originaires de Kétou et fuyant les razzias du Royaume de Danxomè, elles s’étaient arrêtées dans leur évolution à Hêtin-Sota et à Kétonou. C’est bien après que les « Agon » sont arrivés de Sèhoué (Département de l’Atlantique) après avoir transité par Adjawèrè. Dans leur percée à travers la haute forêt, ils ont vu un serpent qui barrait la voie au niveau de Agbonou et s’exclamaient : « Dangbo ali » ce qui signifie « le serpent a barré la route ». D’où l’appellation de Dangbo qui restera le nom de la commune.

Organisation socioculturelle

Il existe dans la commune de Dangbo plusieurs groupes sociaux désignés sous le vocable ‘’ Akota ‘’. Les principaux sont : les Dékanmènou, les Agahègonnou, les Lokoévinous, les Anahovinous, les Yévinous, les Odjèhovinous, les Ayolinous, les Houézounmènous, les Toffinous, les Adjahivinous, les Ayinons-Agagnon, les Vèvinou (PDC 2e Génération de Dangbo). Ils se différencient les uns des autres à travers la litanie des salutations, les us et coutumes, les interdits ou totems, les danses et chansons lors des cultes traditionnels ou autres cérémonies de réjouissances et de décès.
En dépit des divergences ethnique et culturelle qu’on peut constater à Dangbo, les Houémènou constituent l’ethnie dominante de la région. Ils ont développé et partagé avec les autres entités ethniques une longue histoire socioculturelle. Leurs traditions et leurs coutumes ont fini par créer une symbiose culturelle à travers le festival « Wémè xwé » qui regroupe aujourd’hui tous les peuples de l’Ouémé.

L’organisation sociale au sein des groupes socioculturels est caractérisée par la structure patrilinéaire où la chefferie traditionnelle cohabite avec l’autorité administrative. Le pouvoir traditionnel, malgré la modernité, conserve encore son caractère sacré et permet de régler d’éventuels différends entre les groupes socioculturels.
Au niveau familial, l’homme est le chef de ménage et s’occupe essentiellement des travaux champêtres, il est le garant de la discipline au foyer. La femme s’occupe du ménage et du commerce ou des travaux champêtres. Les travaux durs du foyer sont réservés aux hommes. Les groupes ethniques les plus répandus sont les Hwémè, les Gouns, les Yoruba et les fons. Les religions importantes que l’on retrouve dans la Commune de Dangbo sont : les religions endogènes (Culte Vodoun), le Christianisme et l’Islam.